Oops! It appears that you have disabled your Javascript. In order for you to see this page as it is meant to appear, we ask that you please re-enable your Javascript!

Réathlétisation

En kinésithérapie et en préparation physique, la ré-athlétisation fait référence à la prise en charge du sportif blessé. Il s’agit d’une phase durant laquelle le sportif voit un grand nombre de ses qualités diminuer. Ceci est vrai concernant la zone de lésion mais plus globalement nous allons observer un déclin pour tous les grands systèmes physiologiques (cardio-vasculaires, respiratoires, musculaires….).

Voici un résumé des atteintes liées à la blessure et plus précisément à l’inactivité engendrée par cette dernière :

Les atteintes centrales (diminutions des capacités cardio-respiratoires)

  • diminution de la VO²max
  • diminution du débit cardiaque maximal
  • diminution du Volume d’éjection systolique
  • diminution du volume sanguin
  • altération des fonctions respiratoires

 

Les atteintes musculaires

  • altération du système enzymatique
  • diminution du nombre de mitochondries
  • diminution des stocks de glycogènes
  • diminution des apports sanguins musculaires (capilarisation altérée)
  • amyotrophie

 

 

Les atteintes métaboliques et hormonales

Perte des habiletés motrices (gestes techniques) : Coordination inter et intra musculaire

Altération du rendement mécanique : augmentation de la dépense énergétique pour une même activité

Tous ces mécanismes se mettent très rapidement en place en cas d’inactivité et augmenteront avec les durées d’indisponibilités. De nombreuses études ont été publiées et permettent de chiffrer ce déclin. Ainsi la VO²max (indicateur de la capacité aérobie du sportif) se voit en moyenne diminuer de 5% en quinze jours et jusqu’a 15% en quatre semaines (variable selon le sportif et la discipline pratiquée).

Ce qu’il faut comprendre absolument, c’est que le délai nécessaire pour retrouver toutes vos capacités sera nettement supérieur au délai d’inactivité. Il va falloir tout faire pour limiter les phases d’inactivités notamment en cas de blessure. On doit optimiser ce temps de blessure et le mettre a profit.

séparation

 

Voici les grandes phases que nous allons rencontrer

1. Je suis blessé et je ne veux pas perdre

Je vais devoir réfléchir à ce que je suis capable de faire en fonction de ma blessure. Classiquement on va retrouver trois grandes catégories de lésions : membres supérieurs, membres inférieurs et rachis.

Une atteinte d’une de ces catégories n’empêchera pas dans la majorité des cas de faire travailler les deux autres. En dehors des exercices spécifiques à votre blessure nous allons observer :

  • Lésion pied/ genou = travail haut du corps, rachis, gainage….
  • Lésion coude/ main = travail bas du corps, rachis, gainage
  • Lésion dos = travail membre supérieur et inférieur

Lorsque la lésion ne touche qu’un seul coté il va falloir penser au côté sain. On laisse le côté blessé de coté et on travaille l’autre ! Pour cela nous disposons de nombreux moyens notamment les élastiques qui nous permettent un grand nombre d’exercices. Nous allons par exemple, avec les élastiques, pouvoir travailler le coté atteint.

Le travail cardio-vasculaire devra toujours être mis en place car, comme nous l’avons vu, le déclin est très précoce. Pour les pathologies des membres supérieurs on privilégie le vélo d’appartement ou la course, pour le dos, vélo si absence de douleurs. Enfin pour les blessures des membres inférieurs on va faire du cardio à partir des bras ( élastiques, poids, punshing-ball….). L’escalade n’est pas en soi un sport trés aérobie, cependant cette filière énergétique a une grande place dans cette discipline en vous permettant une meilleure vascularisation musculaire et une meilleure récupération par exemple.

Nous allons aussi insister sur les points suivants car vous avez du temps :

  • Etirements : c’est le moment ou jamais pour vous y mettre
  • Proprioception membre inférieur si atteinte des membres supérieurs
  • Travail de mémorisation, exercices du champs visuel, exercices de lectures….
  • Imagerie mentale

ATTENTION : Ces exercices ne doivent JAMAIS entraîner de douleurs au niveau de votre zone de blessure et en aucun cas ils ne doivent mettre en danger votre cicatrisation. Ne prenez aucun risque et entourez vous de professionnels.

 

2. Je peux reprendre l’escalade doucement

Le passage ou non dans cette seconde phase va surtout dépendre de l’avis médical (médecin, chirurgien) voire de votre kinésithérapeute. Une fois que le feu vert a été donné vous vous trouvez dans une nouvelle problématique : que puis je faire sans me mettre en danger et sans risquer la récidive ?

Voici schématiquement les différents points à respecter:

  • Echauffement plus long, plus intelligent
  • Echauffement spécifique selon la blessure (proprio, gainage, élastique…)
  • Progression : exercices sollicitant peu la blessure au début
  • Hydratation +++
  • Augmentation des temps de récupération
  • Augmentation progressive de la durée et de l’intensité des séances
  • Respect de la douleur : attention on ne doit jamais avoir mal

On va également devoir choisir les profils de voies/ blocs que l’on va faire en fonction de l’atteinte. Par exemple sur une tendinopathie biceps brachial on commencera par de la dalle et non des gros devers.

On pourra aussi débuter sa reprise en moulinette si les chutes sont potentiellement dangereuses pour la consolidation ou éviter le bloc si on souhaite limiter les chutes. Cela dépendra surtout de la localisation de la blessure et de l’avis médical.

 

3. Je reprends l’escalade  » comme avant « 

Dans cette dernière phase vous allez retrouver toutes vos capacités. Votre blessure est derrière vous et ne vous gêne plus pour grimper. Nous sortons alors de la ré-athlétisation pour revenir dans de la préparation physique pure.

Cependant vous avez désormais un antécédent supplémentaire qui va nécessiter des modifications dans votre pratique. Il va falloir se poser quelques questions pour éviter les risques de récidives :

– quelles sont les causes de ma blessure ?

– que dois-je éviter ou modifier dans ma pratique ?

– quelle préparation spécifique pourrait limiter les risques de pathologies ?

– comment conserver les bénéfices de ma rééducation ?

Vous allez ensuite, selon les réponses trouvées, changer certains points comme :

– l’échauffement

– la construction de mes séances

– la récupération

– ma façon de m’étirer

– l’hydratation

– l’alimentation

© 2017 www.prepagrimpe-project.com